Devenir franchisé en 10 étapes

30 décembre 2023
Categories : Un tableau avec noté franchise dessus pour illustrer les étapes pour devenir franchisé.

Vous débutez dans le monde de la franchise et vous vous posez mille questions sur les étapes à suivre pour devenir franchisé ? Voici la marche à suivre.


D’une durée de six à douze mois en moyenne, le processus qui mène à l’ouverture d’une franchise se réfléchit par étape.

Avant de créer son entreprise, quelle qu’elle soit, il est important de se poser les bonnes questions pour faire le point sur sa situation personnelle et professionnelle, et d’évaluer sa capacité à devenir chef d’entreprise. Ai-je les épaules et les compétences pour devenir chef d’entreprise ? Suis-je bien entouré, ma famille et mes proches me soutiennent-ils ? Ai-je la stabilité et les capacités financières pour mener à bien mon projet ? Ai-je bien compris les engagements qu’implique la franchise ? Foncer tête baissée, si la réponse à l’une de ces questions est non, serait prendre un risque inutile.

Se lancer en franchise permet souvent aux entrepreneurs de se réorienter pour se lancer dans une toute nouvelle activité qui correspond davantage à leurs envies et/ou leurs passions. Souvent, les franchiseurs préfèrent d’ailleurs ce cas de figure pour former leurs franchisés à partir d’une page blanche, et ainsi éliminer le risque de « mauvaises » habitudes prises lors d’une expérience précédente.

Choisir son secteur d’activité implique également de ne pas se laisser éblouir par des concepts qui surfent sur des effets de mode, ou qui s’appuient sur des législations encore à l’étude en France ou en Europe. Prendre le temps d’étudier les scénarios possibles pour ce type de marchés est essentiel.

Choisir son franchiseur est un processus minutieux, et l’on compare d’ailleurs souvent la franchise à un mariage. Car, au-delà du concept, la franchise est affaire de relations humaines : avoir de bons rapports et des valeurs similaires avec son franchiseur est l’une des clés du succès. Idem avec l’équipe de ce dernier, puisque le franchisé va la côtoyer au quotidien. Échanger avec eux à plusieurs reprises, poser un maximum de questions, mais aussi rencontrer les franchisés en activité, et tenter l’immersion, si c’est possible, sont autant d’incontournables pour faire le bon choix.

Selon qu’on lance son entreprise seul ou avec des associés, le montant des investissements consentis, et divers critères bien déterminés, le porteur de projet doit s’orienter vers un statut en société — SARL, SA, SAS/SASU, SNC — ou un statut en entreprise individuelle — EI, EIRL. Pour choisir la meilleure formule selon son cas personnel, il ne faut pas hésiter à demander conseil à un expert (avocat ou expert-comptable, par exemple).

Il n’est pas question de se lancer à l’aveugle : l’étude de marché est indispensable pour savoir si l’entreprise a des chances de devenir pérenne sur une zone de chalandise donnée, en fonction des caractéristiques précises du marché local. Qui sont les concurrents et qui sont les clients sont ainsi les deux grandes questions à prendre en compte pour toute création d’entreprise.

Idem pour le business plan et les prévisionnels financiers, qui, une fois établis, servent autant à convaincre les banquiers de financer le projet qu’à aider au pilotage de la future activité.

Au-delà de la pertinence d’un projet bien ficelé, on estime l’apport personnel nécessaire pour convaincre les banques à environ 30 % de l’investissement global. Mais de manière générale, celles-ci sont plus faciles à convaincre pour un projet en franchise, le concept ayant déjà fait ses preuves. 

Par ailleurs, certains franchiseurs ont des partenariats avec des établissements bancaires, et il est également possible de passer par un courtier en financements professionnels pour mener à bien les négociations.

Le local et son emplacement constituent eux aussi une part essentielle de la bonne réussite d’une affaire. Le local doit correspondre en tous points aux critères fournis par le franchiseur, et l’étude de marché local participe au choix de l’emplacement idéal. 

L’enseigne peut accompagner et conseiller ses franchisés dans la démarche de recherche, un service est même parfois dédié à la sélection des locaux.

Au minimum 20 jours en amont de la signature du contrat de franchise, le futur franchisé reçoit de son franchiseur le DIP, ou document d’information précontractuel. Institué par la loi Doubin, ce précontrat permet de s’engager en toute connaissance de cause en fournissant des informations clés pour l’avenir. La liste de ces informations est réglementée par le Code du commerce. Ces informations concernent, dans les grandes lignes : 

  • L’identité du franchiseur
  • La présentation de l’enseigne
  • La présentation du réseau
  • Le marché
  • Les résultats de l’entreprise
  • Les principales clauses du contrat de franchise

Il s’agit du moment clé où le candidat devra veiller à éclaircir les dernières zones d’ombre avec le franchiseur, voire négocier certains points. Une nouvelle fois, il paraît prudent de se faire conseiller par un expert pour étudier point par point le DIP puis le contrat avant la signature. 

La transmission du savoir-faire est l’un des points phares de la franchise et compte donc parmi les obligations du franchiseur. Il s’agit de moments d’échanges privilégiés pendant lesquels, au-delà de la découverte des clés du concept et des outils spécifiques au réseau, le franchisé tisse des liens avec l’équipe du franchiseur, mais aussi avec les franchisés, notamment si le réseau forme des promotions de nouveaux franchisés et a recours à la formation pratique. 

Par la suite, le porteur de projet bénéficiera de l’accompagnement de l’enseigne, des conseils des animateurs du réseau, et, dans la plupart des cas, de sessions de formation continue.

Évidemment, l’aventure entrepreneuriale ne s’arrête pas le jour de l’ouverture, c’est bien là que tout commence. Une fois son affaire sur les rails, l’entrepreneur pourra réfléchir à la manière de s’investir dans le développement et l’évolution du réseau, si le franchiseur laisse cette latitude à ses franchisés, ou envisager la multi franchise, par exemple. À lui d’écrire son histoire !

Écrit par Laurence Jacquin

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross