L’edito exclusif de Philippe Crevel : Libre échange, n’ayons pas peur

Le 08 avril 2024Service aux entreprises

Les exportations représentent un tiers du PIB de la France et sont à l’origine de plus d’un quart des emplois. Pour autant, tout accord de libre échange est vécu, dans notre pays, comme une menace susceptible de générer des destructions d’emplois et des faillites d’entreprise.


Le rejet, par le Sénat, de l’accord commercial (CETA) avec le Canada illustre la tentation de plus en plus forte du protectionnisme. Avoir peur d’un pays peuplé de 38 millions d’habitants, situé à plus de 6 800 kilomètres, traduit un étonnant manque de confiance en soi. Il ne faut pas oublier que l’Union européenne, avec ses 450 millions d’habitants, est la première puissance commerciale mondiale. Ce fameux accord, appliqué de manière provisoire depuis 2017 ; s’avère bénéfique pour la France et, en particulier, pour son agriculture. En six ans, les exportations françaises vers ce pays ont, en effet, progressé de 33 %. L’excédent commercial s’est accru pour les boissons ainsi que pour les produits laitiers chimiques ou cosmétiques. Les importations d’énergie, de matériels de transports, de produits informatiques ou électroniques ont, de leur côté, augmenté. En revanche, l’accord n’a donné lieu à aucune importation de volaille et n’a pas abouti à l’augmentation de celles de viande bovine. Il ne faut pas, par ailleurs, négliger le fait que de nombreuses entreprises européennes – dont Airbus et Alstom – sont implantées au Canada contribuant aux échanges croisés entre les deux zones économiques. La remise en cause du libre-échange avec le Canada, un pays aux structures proches de celles de l’Europe, est, en soi, illogique.

Les échanges internationaux sont d’autant plus avantageux que les pays sont économiquement proches. Les opposants au libre-échange récusent la théorie économique des « avantages comparatifs » en vertu de laquelle les pays ont tout avantage à se spécialiser non pas dans les secteurs où ils sont les meilleurs mais dans ceux où ils sont les moins mauvais. Le commerce international obéit à une logique gagnant/gagnant. Un exportateur n’a pas vocation à porter préjudice à ses clients pour continuer de vendre. C’est pour cette raison qu’assimiler les échanges commerciaux à la guerre économique est une ineptie. Evidemment, un encadrement ou plutôt une régulation est nécessaire pour éviter les pratiques déloyales comme le dumping ou le recours à des subventions faussant la libre concurrence. Tout accord prévoit des procédures en cas de différends. Le commerce, ce n’est pas la jungle. Il y a des lois devant être respectés par l’ensemble des acteurs.

En ces temps troublés, les barrières tarifaires et non tarifaires ont tendance à se multiplier aux États-Unis, en Chine et en Europe. Ces barrières contribuent au ralentissement du commerce mondial et freinent la croissance. Dans l’histoire économique, les périodes de libre-échange se caractérisent toujours par une expansion rapide quand celles marquées par le protectionnisme riment avec stagnation ou dépression. L’instauration de droits de douanes ou de contingentements pénalise les consommateurs avec la hausse des prix sans protéger les salariés ou les entreprises. Elle ralentit les gains de productivité et la diffusion du progrès technique.

Aux États-Unis, dans les années 1970, les mesures prises contre les aciers japonais et européens afin de sauver des emplois dans la sidérurgie se sont avérées contreproductives. Elles ont provoqué le déclin de l’industrie automobile américaine, contrainte d’utiliser de l’acier plus cher et de moins bonne qualité. Toute sanction commerciale appelle, par ailleurs des mesures de rétorsion créant ainsi une spirale délétère aboutissant à l’autarcie. La France n’a rien à gagner à entrer dans un tel cycle. Elle y perdrait en compétitivité, en croissance et en emplois. Le choix du protectionnisme serait celui du renoncement et du déclin. Or, que ce soit au niveau de l’aéronautique, de la construction naval, de l’énergie, de l’agriculture, de la finance, du luxe ou de la pharmacie, la France possède de nombreux atouts reconnus au-delà de ses frontières !

D'autres actualités du réseau CrediPro

  • CrediPro

    La famille CrediPro s'agrandit !

    Au cours des six derniers mois, le réseau CrediPro s’est étendu, renforçant ainsi notre engagement à être présent sur l’ensemble du territoire français. Parmi nos nouvelles agences, nous vous présentons : CrediPro Nîmes dirigée par François...

    20 mars 2024 Service aux entreprises
  • CrediPro

    Baromètre trimestriel des métiers de proximité ...

    Chaque trimestre, CrediPro propose le Baromètre des métiers de proximité, réalisé en partenariat avec la société Atometrics, spécialisée dans l’information économique et financière sur le secteur des petites entreprises françaises. Selon ces...

    26 mars 2024 Service aux entreprises
  • CrediPro

    L’édito exclusif de Philippe Crevel

    VIVE LE MOUVEMENT L’économie ne supporte pas le statu quo qui n’est que l’antichambre du déclin. Elle est avant tout « mouvement » comme le soulignait avec force Joseph Schumpeter avec sa théorie de la « destruction créatrice ». La réussite puise...

    04 mars 2024 Service aux entreprises

D'autres actualités du secteur Service aux entreprises

  • GCL Experts Gestion

    Nos nouveaux conseillers en gestion GCL

    Chaque année, chez GCL, nous sommes heureux de constater l'expansion de notre groupe grâce à l'arrivée de nouveaux Experts en gestion. Et en 2024, nous avons de nouveau eu le plaisir d'accueillir de nouveaux membres dans notre équipe ! Nous sommes...

    12 juin 2024 Service aux entreprises
  • Litha Espresso

    Découvrez ALTO : La nouvelle révolution du café par Litha...

    Chez Litha Espresso, nous sommes fiers de lancer "ALTO", notre nouvelle machine à doses, entièrement conçue et fabriquée en France. ALTO incarne l'innovation dans le respect de l'environnement et du patrimoine local, offrant aux amateurs de café une...

    24 mai 2024 Service aux entreprises
  • Bras Droit des Dirigeants

    Entretien avec Virginie Lecat : Trois ans chez Bras Droit...

    Virginie Lecat, Directrice Commerciale Externalisée, célèbre ses trois années au sein de Bras Droit des Dirigeants. Dans un échange chaleureux, elle partage son parcours, sa passion pour le commerce, et les raisons qui l’ont conduite à rejoindre la...

    05 juin 2024 Service aux entreprises
D'autres actualités du secteur

C'est quoi L'Express Franchise ?

L’Express Franchise, c’est l’acteur incontournable de l’univers de la franchise. Bien plus qu’une plateforme de mise en relation entre franchiseurs et candidats à la franchise, L’Express Franchise est aussi un média. Articles, podcasts, vidéos et livres blancs, chaque jour, nous proposons des contenus inspirants. Notre ambition : répondre de manière éclairée à toutes les questions que peuvent un jour se poser de futurs franchisés. La franchise n’aura bientôt plus de secret pour vous !

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross