Business intelligence et intelligence artificielle, attention aux amalgames

5 février 2024
Categories : Richard Barone Dvore et ses équipes.

[Parole d’expert] Aujourd’hui il est quasi-impossible de passer à côté des nouvelles technologies employant l’Intelligence Artificielle (IA) et/ou la Business Intelligence (BI). Rencontre avec Richard Barone, CEO et co-fondateur de Dvore, qui nous partage son expérience dans l’utilisation quotidienne de ces outils au service des franchises de restauration.


La business intelligence est bien plus qu’un simple outil : elle permet de collecter, nettoyer et présenter des informations cruciales de manière automatisée. Une fois les données collectées, elles sont le plus souvent organisées sous forme de tableaux ou de graphiques. Cela facilite la transmission des informations et le processus de prise de décision. Chez Dvore, nous comparons souvent la BI au tableau de bord d’un avion. Grâce aux types de données qu’elle contient (comme la vitesse ou l’altitude), elle permet au pilote d’effectuer les manœuvres appropriées pour arriver à bon port.

En complément, l’Intelligence Artificielle est un outil qui permet aux machines de simuler l’intelligence humaine et de prendre ou proposer des décisions à la place d’un être humain. Pour reprendre l’exemple de l’avion, le pilotage automatique est un très bon exemple pour illustrer l’Intelligence Artificielle (IA) dans notre quotidien.

Dans la restauration, la Business Intelligence est notre atout majeur pour enrichir la donnée collectée et comprendre l’activité d’un restaurant. Par exemple, grâce à la BI, un restaurateur peut découvrir que son chiffre d’affaires de la veille a augmenté de 15% par rapport à la semaine passée. Cette hausse peut être liée à une offre commerciale ou à une hausse du trafic sur place. En analysant ces données, le restaurateur peut prendre des décisions pertinentes pour piloter son activité de manière plus efficace. Par exemple, il va pouvoir optimiser sa production grâce aux données collectées sur la consommation et les achats des matières premières.

D’un autre côté, l’Intelligence Artificielle (IA) ouvre de nouvelles perspectives dans la restauration. Elle permet de faire des prévisions, de sécuriser les paiements, d’automatiser les plannings en fonction de l’activité, de passer les commandes de matières premières automatiquement, d’améliorer les outils statistiques et de fournir des interprétations pertinentes sur les chiffres.

Par exemple, une borne de commandes utilisant l’Intelligence Artificielle (IA) peut être capable de déclencher des ventes additionnelles en fonction de la météo ou des tendances de consommation. L’Intelligence Artificielle (IA) peut se révéler être un atout majeur pour faire des recommandations personnalisées. Elle analyse l’impact des actions commerciales passées, fait une projection et propose au restaurateur des actions à mettre en place pour optimiser ses ventes.

Chez Dvore, nous sommes adeptes de l’utilisation des deux outils au quotidien. Avec l’explosion des données dans la restauration, nous avons développé notre propre outil de BI pour aider nos clients franchiseurs à naviguer à travers le grand nombre d’informations à leur disposition. Notre solution centralise toutes les données de nos clients en un seul endroit, offrant des informations pertinentes, fiables et rapides pour gérer leurs restaurants.

Quant à l’Intelligence Artificielle (IA), nous l’avons intégrée dès nos débuts pour alimenter les algorithmes et proposer à nos clients des prévisions de leur chiffre d’affaires, leurs ventes et leur fréquentation. Aujourd’hui, nous l’utilisons pour comprendre et simuler le métier de restaurateur dans le but d’offrir un service de “contrôleur de gestion intelligent” à nos utilisateurs. Actuellement elle assimile le fonctionnement d’un réseau de restaurants et ses enjeux. Dans les prochains mois, elle sera capable de fournir des informations plus pertinentes, au bon moment, à la bonne personne et selon ses préférences. Nos clients recevront tous les matins des informations personnalisées par email, adaptées à leur usage et à leur culture data.

Écrit par Richard Barone

CEO et co-fondateur de Dvore.

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross