Besoin de reconnaissance et envie d’être son propre patron !

16 décembre 2023
Categories : Franchisée JFG Clinique témoignant dans le podcast

Dans ce nouvel épisode du podcast En toute franchise, l’Express a reçu Ludivine Ruozzi, franchisée JFG Clinique.


C’est le besoin de reconnaissance et l’envie d’être son propre patron qui ont poussé Ludivine à plonger dans le grand bain de l’entrepreneuriat en 2021. Une reconversion pour cette jeune femme qui, après des études dans une école de commerce, a connu différentes expériences comme responsable de secteur dans les domaines de la bureautique et des véhicules industriels, bien loin des soins minceur, anti-âge et d’épilation qui sont aujourd’hui son quotidien dans son institut clinique. Alors comment passe-t-on des véhicules industriels au secteur de la beauté et de la minceur ? Pourquoi a t elle choisi le modèle de la franchise ? Quelles sont les difficultés qu’elle a rencontrées avant d’ouvrir son institut ? Et la réussite aujourd’hui est elle au rendez vous ? C’est à ces questions que répond Ludivine dans cet épisode.

<iframe name="Ausha Podcast Player" frameborder="0" loading="lazy" id="ausha-YQNh" height="220" style="border: none; width:100%; height:220px" src="https://player.ausha.co/?showId=BNkjVeCqNPm6&color=%23e63b11&podcastId=w05LQsKJlMdl&v=3&playerId=ausha-YQNh"></iframe><script src="https://player.ausha.co/ausha-player.js"></script>

Ludivine Ruozzi : Alors j’ai toujours eu un petit côté entrepreneuriat, j’ai toujours eu ça en tête. Je travaillais pour des gros groupes et j’avais besoin d’humaniser (mes échanges) et j’avais aussi ce besoin de reconnaissance. Finalement je me suis plus orientée sur le côté beauté et minceur et j’en suis ravie. On aide vraiment les personnes à se sentir mieux et on a que des bons retours et c’est vrai que ça fait plaisir. 

L.R : Alors j’avais déjà réfléchi à un concept, mais celui-là me paraissait bien, j’aimais le choix des couleurs et l’enseigne en elle-même. Quand j’ai rencontré le fondateur de JFG Clinic, Mr Lannion, je me suis dit finalement, eux vont pouvoir m’avancer, ils vont me faire gagner du temps. Je savais que trouver les fournisseurs, les compléments alimentaires qui vont bien, etc me prendrait beaucoup de temps. Ils avaient déjà fait le travail un petit peu en amont, donc ils m’ont fait gagner bien cinq ans.

L.R : Oui en effet, j’ai été rassuré et les clientes aussi. L’enseigne JFG a démarré en 2019 et moi j’ai ouvert en 2021, donc ce n’était pas encore connu, en tout cas sur Lyon, j’étais la seule. Mais par contre, derrière, on a plus de 30 ans d’expérience dans la minceur et le bien être. On a des formations et tout ce qu’il faut donc ça a une vraie valeur ajoutée auprès des clientes.

L.R : Oui, j’aurais pu. J’ai eu des idées de micro-crèche parce que j’ai deux enfants en bas âge. J’ai eu l’idée de restaurant aussi et pleins d’autres différentes. Et puis ce qui m’a fait basculer, c’est quand je suis rentrée dans une autre franchise qui n’avait rien à voir avec la mienne. Il y avait deux femmes dans un centre qui téléphonaient et faisaient beaucoup de relances. Et c’est à ce moment-là que j’ai tilté; ça fait dix quinze ans que je fais du commerce, c’est mon truc. Finalement, elles font exactement la même chose que moi, j’ai peut-être quelque chose en plus à leur apporter, en tout cas sur l’aspect commerce car c’est là où je me sens à l’aise. Et voilà comment ça a démarré.

L.R : La franchise était un petit peu trop récente pour pouvoir me donner des bilans ou des résultats. Par contre, ils avaient des comptes prévisionnels et des petites études. Le principal avantage est qu’ils avaient déjà d’autres centres. Ils n’avaient rien à voir avec les enseignes JFG mais ils faisaient potentiellement la même chose c’est-à-dire un centre avec des experts experts minceur.

J.M : Oui, dix fois plus. Déjà, j’aime ce que je fais même si ce n’est pas sans mal. J’ai toujours été une grosse bosseuse, j’ai toujours fait beaucoup d’heures, beaucoup travailler. Je pense que c’est une de mes priorités après mes enfants. Mais après c’est aussi un mode de vie. Si on s’attend à avoir un travail plutôt tranquille sans trop de responsabilités, ect il ne faut surtout pas prendre une franchise. Cela demande beaucoup de rigueur, un investissement personnel, un investissement temps, un investissement financier aussi parce que la première année ça n’est pas du tout cuit, surtout si le réseau n’est pas encore connu. Après, c’est sûr que demain vous ouvrez un Burger King ou un McDonald’s, ça n’est pas le même investissement, mais par contre c’est rentable beaucoup plus vite. Il faut juste en être conscient.

Envie d’en savoir plus ? Écoutez le podcast dans son intégralité ici

Écrit par Marie Roche

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross