MaPrimeAdapt’, le secteur de l’aménagement se prépare

1 janvier 2024
Categories : Un intérieur à aménager grâce à MaPrimeAdapt'.

MaPrimeAdapt’ est une aide financière conçue pour faciliter l’adaptation du logement des personnes en situation de perte d’autonomie ou de handicap. Gérée par l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), elle entre en vigueur ce lundi 1er janvier 2024.


MaPrimeAdapt répond à l’enjeu démographique fort qu’est le vieillissement de la population et le maintien à domicile des personnes âgées. L’objectif du gouvernement est d’accompagner les personnes « modestes » et « très modestes » en couvrant les dépenses relatives aux travaux d’aménagement, de rénovation ou d’équipement afin de rendre le domicile plus accessible.

Cette prime est destinée aux personnes de plus de 70 ans, aux personnes ayant entre 60 et 69 ans présentant un GIR (Groupe iso-ressource), et aux personnes en situation de handicap. Elle est soumise à des barèmes de revenus et à un statut d’occupation propriétaire ou locataire dans le parc privé. Elle offre une aide financière directe sous forme d’un pourcentage compris entre 50 et 70% du coût total des travaux ou des équipements, limitée  à 15 000 euros. Elle permettra ainsi aux bénéficiaires d’effectuer des travaux visant à adapter leur logement à leur situation spécifique. Cette aide est cumulable avec d’autres dispositifs de financement destinés à l’habitat comme l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), la prestation de compensation du handicap (PCH) ou encore MaPrimeRénov’ (aide à la rénovation énergétique), sous réserve d’éligibilité.

Gérée par l’ANAH, l’attribution de MaPrimeAdapt’ passe par l’ouverture d’un espace personnel sur le site internet pour y déposer un dossier de demande. Le bénéficiaire est alors accompagné par un assistant de maîtrise d’ouvrage (AMO) habilité d’autonomie pour gérer les travaux. Le diagnostic réalisé par l’AMO pourra être complété par celui d’un ergothérapeute. « L’AMO accompagne le bénéficiaire dans la gestion administrative de son dossier, certains pourront également le conseiller dans le choix des entreprises mandatées et dans la lecture des devis. Mais c’est toujours le bénéficiaire qui décide de l’entreprise avec laquelle elle veut travailler. » ajoute Thibaut Chavrier, cofondateur de Mobilaug.

Cette offre de l’État va populariser le marché de l’adaptation en France, augmentant ainsi naturellement la demande. C’est une opportunité car elle s’adresse à des personnes modestes et très modestes, ce qui va agrandir la taille du marché. « Elle ouvre la voie à un marché à fort potentiel pour offrir des services d’aménagement spécialement adaptés aux besoins des personnes en perte d’autonomie ou en situation de handicap. » déclare Imane El Baz, assistante de développement chez DOMetVIE.

MaPrimeAdapt’ est donc perçue par les acteurs du secteur comme une aide qui vient booster et mettre en avant le marché de l’aménagement du domicile. « Nous la voyons comme un bonus puisque nous allons surfer sur cette vague. Nous avons notre carte à jouer grâce à notre savoir-faire et nos partenariats nationaux, avec Leroy Merlin notamment. » témoigne Thibaut Chavrier, avant de nuancer : « Mais ce n’est pas une planche de salut. Aujourd’hui, une bonne partie de nos clients ne dépendent pas des aides et cela fonctionne aussi très bien. Dans certains cas, les aides peuvent être une épine dans le pied, notamment quand elles sont très longues en termes de délai de décision. Pour MaPrimeAdapt’, on ne connaît pas encore les délais. C’est encore un peu flou pour nous. »

Du côté de DOMetVIE, les équipes sont depuis quelques mois activement engagées dans la préparation à cette nouveauté. « Nous avons ajusté nos offres et nos services pour répondre aux besoins spécifiques liés à MaPrimeAdapt’. Nous travaillons à développer des solutions personnalisées et à former nos franchisés pour être à la pointe dans l’accompagnement des bénéficiaires de cette prime. » explique Imane El Baz. DOMetVIE établit également des partenariats avec les AMO afin de faciliter le parcours client. « À partir du 1er janvier, nous allons mettre en place un plan de communication afin de nous faire connaître et des simulateurs afin d’informer les personnes ciblées. » conclut Imane El Baz.

Écrit par Sibylle Pinochet

Rédactrice en chef

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross