S’agrandir pour durer, via un réseau de franchise

7 novembre 2022
Categories : Portrait de Maud Pouteau Cadic, fondatrice de la franchise Mamie Mesure.
Abonnez-vous à la newsletter

Rencontre avec Maud Pouteau Cadic, fondatrice de la franchise Mamie Mesure, un réseau de boutiques spécialisées dans le zéro déchet et à la recherche de ses futurs franchisés ! Interview.


Maud Pouteau Cadic est à la tête de Mamie Mesure : un réseau de boutiques engagées, pionnières du zéro déchet, implantées dans le Grand Ouest. Nous avons voulu en savoir plus sur son concept et sa volonté de le développer par le biais de la franchise. 

Quel a été votre parcours avant de créer Mamie Mesure ? 

Maud Pouteau Cadic : Après un parcours scolaire classique, je me suis dirigée vers un IUT techniques de commercialisation qui alliait théorie et pratique. Une révélation : j’y ai trouvé un vrai esprit d’équipe. J’ai naturellement poursuivi en école de commerce. Pour mon premier poste, j’ai intégré le groupe de grande distribution Auchan en tant que responsable d’entrepôt junior. Une expérience très formatrice de management d’équipe, dans un milieu très masculin.

C’est pendant cette période qu’est née mon envie d’entreprendre même si j’ai poursuivi mon expérience professionnelle aux côtés du groupe alimentaire Lactalis. La naissance de mes deux enfants a réveillé cette envie entrepreneuriale et a fait aussi évoluer mon mode de consommation.

Je ne rêve plus seulement de la liberté de l’entrepreneur, mais j’ai envie de contribuer à quelque chose de plus grand que moi. L’ultime déclic est la lecture du livre Zéro déchet de Béa Johnson. Aux côtés de mon associée Amandine Chaudet qui a depuis quitté l’aventure, je lance Mamie Mesure en 2016. 

Pouvez-vous nous expliquer ce que sont les épiceries Mamie Mesure ?

M.P.C : A l’époque Mamie Mesure est une épicerie vrac, zéro déchet. Aujourd’hui, c’est un réseau de boutiques engagées pour un monde raisonné. Nos boutiques combinent trois univers : Le coin Epicerie avec du vrac et de l’épicerie fine, majoritairement bio, la Droguerie avec de la cosmétique naturelle et des produits d’entretien rechargeables, des accessoires éco-conçus et made in France. Le troisième espace est le Café Causette : une cantine, salon de thé pour déguster de bons produits sur le pouce.

Une photo d'une cliente de la franchise Mamie Mesure faisant son choix en magasin.

Crédit photo : Mathilde Bruand Photographie

Pourquoi avoir décidé d’étendre votre concept de magasin en optant pour un réseau de franchises ?

M.P.C : Lorsque nous ouvrons notre première boutique, je me rends rapidement compte que faire purement et simplement du commerce ne me nourrit pas suffisamment. En parallèle, c’est le début du vrac en France et beaucoup de gens viennent s’informer, nous poser des questions. Cela nous prend de plus en plus de temps.

Je décide alors d’intégrer l’association réseau vrac pour animer des formations auprès de porteurs de projet d’épiceries vrac. Au bout d’un an d’enseignement, le constat s’impose : tant qu’à former des futurs entrepreneurs, autant les engager à ouvrir des magasins Mamie Mesure ! 

De l’idée à la concrétisation, quelles ont été les étapes ? 

M.P.C : A l’époque, nous avions déjà ouvert deux boutiques, l’une à Vitré, l’autre à Rennes. Nous avons donc commencé à aiguiller les gens qui venaient nous voir en leur proposant un contrat de licence de marque. Il permet de concéder la marque en échange d’un droit d’entrée et d’une redevance. Mais contrairement au statut de franchise, il n’y a pas de transmission réelle de savoir-faire.

C’est début 2022, que l’on décide de passer en réseau de franchises pour plusieurs raisons. Au départ, nous avions décidé de nous développer seulement en Bretagne, mais on prend vite conscience que pour être rentables il faut viser le territoire national. On ne peut pas se contenter d’être de « taille moyenne ». Et puis le marché du vrac – notamment avec la crise sanitaire – accuse une forte baisse, les boutiques sont moins fréquentées.

Nous affinons alors le concept Mamie Mesure en nous appuyant sur ce triptyque : épicerie, droguerie, café. Cela nous permet de maximiser nos chances de développement et de nous faire connaître au-delà de la région.

Votre rôle va être d’animer ce réseau de franchisés. Comment vous y prenez-vous ? 

M.P.C : La première étape est de prospecter à la recherche de candidats motivés, mais surtout qualifiés ! Pour cela, on a notamment créé un site spécifique où les personnes intéressées peuvent planifier un premier rendez-vous qui n’engage en rien.

S’ensuit une visio auprès de notre développeuse avec des critères de sélection bien spécifiques. Je poursuis avec une seconde visio, puis organise une journée découverte avec rencontre des équipes et visite de la boutique pilote. Si on le souhaite on signe alors un accord de confidentialité et on avance sur la signature d’un DIP avant de démarrer la formation.

Au-delà de ce process de recrutement, on accompagne les futurs franchisés jusqu’à l’ouverture de leur boutique pour sécuriser au maximum leur projet. Démarches bancaires, réalisation du business plan, plans d’aménagement du local, formation sur une stratégie de communication, de vente… On a mis en place tout un parcours pour limiter les échecs. Ainsi, le porteur de projet, quand il ouvre sa porte, est prêt à tenir sa boutique.

Enfin, je gère toute l’animation du réseau : des visites de terrain régulières, la réalisation d’audit pour partager les bonnes pratiques, l’organisation d’un séminaire annuel, des visio régulières et des temps d’échanges sur WhatsApp. 

Aujourd’hui, combien de boutiques appartiennent à votre réseau et quel est votre prochain objectif ?

M.P.C : Mamie Mesure compte huit boutiques. Nous avons signé quatre ouvertures pour 2023. Nous quittons la Bretagne ! Deux sont en cours et la feuille de route pour 2024 est d’ouvrir 24 boutiques dans toute la France.

Écrit par Vanina Denizot

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross