Franchisés : ils ont décidé d’entreprendre en couple

18 juin 2023
Categories : Bataille de pouce pour illustrer le fait d'entreprendre en couple

Nombre de franchisés choisissent de se lancer à deux pour être plus forts et pouvoir se soutenir l’un l’autre. Mais entreprendre en couple nécessite de bien partager les rôles et de jouer sur la complémentarité pour ne pas empiéter sur les domaines de l’autre. 


« On travaille main dans la main pour la même chose, pour les mêmes envies, pour partir en vacances, offrir des vacances à nos enfants et réaliser nos rêves. On a l’objectif commun de gagner et de réussir, pour pouvoir donner le maximum à nos enfants et petits-enfants. Cela nous pousse à aller toujours plus loin tout le temps ». 

Depuis 2001, Marc El Horich a choisi d’entreprendre en couple avec sa femme Cathie El Horich. Ils sont ainsi à la tête d’agences ERA Immobilier. Trois agences qui sont devenues une véritable affaire de famille puisque le couple a été rejoint par ses jumeaux de 26 ans. 

Une affaire de famille qui fonctionne si bien que leurs trois agences de Boulogne-sur-Mer, Outreau et Wimereux ont été primées à vingt reprises meilleures agences de l’année en termes de transactions. À 54 et 53 ans, Marc et Cathie sont fiers « d’avancer dans le même bateau, de ramer dans le même sens et d’avancer chaque jour ensemble ». 

Pourtant, en 23 ans d’activité, le couple a traversé de nombreuses difficultés, entre un départ d’associés, la perte d’équipes complètes ou la crise covid qui a réduit leur activité au néant. « On a tout connu et tout traversé ensemble, mais on a toujours été solidaires » confirme Marc El Horich. 

Pour réussir, le couple a mis un point d’honneur à ne jamais se disputer pour le travail. « J’ai arrêté d’assister aux réunions du matin avec les équipes pour ne pas reprendre Marc devant les équipes si sa façon de faire ou de dire les choses ne me convenait pas. Il faut respecter la façon d’être de l’autre » insiste Cathie. Leur règle d’or : ne jamais se disputer pour le travail. « Sinon ça fait longtemps que l’on aurait arrêté ! » sourit Marc. 

Le secret de ces couples qui durent à la vie comme au boulot ? Avoir des rôles bien délimités pour chacun : Cathie gère le côté administratif, la communication et le juridique, tandis que Marc s’occupe de l’aspect commercial et du management. 

Se lancer à deux : chacun son domaine 

« Si l’on faisait le même métier, il y aurait sans doute eu plus de tensions » consent Marc. « L’un n’est pas manager de l’autre » ajoute Cathie. 

Le partage des tâches, c’est également ce qui fait la force de Camille Boucher et Emmanuel Delestre (respectivement 31 et 32 ans) qui viennent d’ouvrir en février dernier un restaurant Basilic&Co dans le quartier de la Bastide à Bordeaux. 

Avec son expérience de second de cuisine dans des restaurants étoilés, Emmanuel s’occupe de l’opérationnel, de la gestion de commandes, de la gestion de la brigade et de la préparation des matières premières tandis que Camille qui gérait auparavant des équipes au sein du Palace des Sources de Caudalie s’occupe des fonctions supports de l’entreprise –gestion de coûts et des marges et RH. 

« Travailler en couple n’est pas forcément évident : chacun a son caractère et sa manière propre de travailler. Nous avons une belle complémentarité. Si on voulait chacun tout faire, on se marcherait dessus » reconnaît Camille qui a fait avec son conjoint la formation initiale dispensée par l’enseigne. 

Autre avantage d’être un couple, une communication « franche et sans faille. Avec un associé lambda, on ne pourrait pas tout dire ou parler à cœur ouvert » confie Camille. Pour elle, le fait d’habiter ensemble facilite la communication. « On n’est pas obligé de s’envoyer des mails ou de se faire un cahier de consignes. La transmission d’informations se fait instantanément. Emmanuel, qui est sur le terrain, va me remonter les problématiques rencontrées pendant le service ou les éventuels conflits entre salariés. Cela me permet d’être omnisciente sur tout ce qui se passe dans le restaurant sans y être ». 

Créer une entreprise en couple : l’entreprise en dehors de la maison

Pour l’heure, le couple n’a pas encore fixé de limites et parle quasiment tout le temps du restaurant. « Dès qu’on a un moment, on parle de l’entreprise et on se transmet des informations. C’est parce que nous venons d’ouvrir et que nous sommes encore en période de rodage » justifie Camille qui espère bien pouvoir à terme embaucher une personne de confiance pour pouvoir souffler un peu. 

Parents d’une petite fille de deux ans, le couple jongle pour le moment entre les obligations familiales de jeunes parents et le restaurant. Pourtant, Camille reconnaît qu’il est important de sectoriser vie privée et professionnelle, de mettre en pause la vie professionnelle et de réussir à prendre du temps en couple hors de l’entreprise pour réussir à maintenir l’équilibre. « Si on ne met pas un frein, la vie professionnelle peut totalement empiéter sur la vie personnelle » admet-elle. 

Avec plus de vingt ans d’expérience et 22 salariés, Marc et Cathie sont formels : « On ne fait pas rentrer le travail à la maison », assurent-ils de concert. Cathie sait de quoi elle parle, elle qui a toujours vu ses parents travailler ensemble dans le bowling familial de Boulogne-sur-Mer. « On sait faire la part des choses : on ne parle jamais boulot à la maison. Je suis hermétique à en parler le soir pour préserver notre vie de famille. Le travail, c’est énergivore. Il faut mettre des barrières » conseille-t-elle. 

Heureusement, si Camille et Emmanuel « encore en phase de rodage » ne se ménagent pas, le fait d’être un couple leur apporte un soutien inestimable. « On travaille tous les deux sans compter nos heures et sans vrai jour de repos. C’est très intense. Mais on se motive l’un l’autre. Quand l’un est fatigué ou craque, l’autre peut le remotiver, en trouvant facilement les mots justes. C’est la force d’un couple ». 

Malgré tout, le couple s’efforce de ne pas laisser transparaître son intimité devant les clients ou les équipes. « Dans l’entreprise, on n’est plus un couple, mais des associés afin de ne pas créer une familiarité qui pourrait nous desservir ou nous faire perdre en crédibilité et nous permettre de rester dans un cadre de travail rigoureux ». 

Autre règle de fonctionnement, être le plus équitable possible. Plutôt que de s’associer à 50/50, Camille et Emmanuel se sont associés à 45-55 proportionnellement à leur apport de départ. « Nous ne voulions pas créer une éventuelle animosité au fil du temps » explique Camille. En revanche, tous deux sont co-gérants de la SARL (Société à responsabilité limitée), à l’image de Cathie et Marc. Toujours dans cette optique d’équité : « Nous voulions avoir le même statut » conclut Camille.

Écrit par Charlotte de Saintignon

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross