Entrepreneurs : libérez-vous de l’effet Dunning-Kruger

30 septembre 2022
Categories : Une partie d'échecs pour illustrer l'effet Dunning-Kruger.

Moins on est compétent, plus on est confiant, plus on est compétent plus on doute. C’est ainsi que l’on peut résumer l’effet Dunning-Kruger. Agaçant à la scène comme à la ville, ce biais cognitif peut être extrêmement préjudiciable en entreprise et notamment pour les entrepreneurs souvent en proie au doute.


L’effet Dunning-Kruger, aussi connu sous le nom d’effet de sur-confiance, est un biais cognitif modélisé en 1999 par deux chercheurs en psychologie de l’Université de Cornell, David Dunning et Justin Kruger. À l’origine de cette découverte, un simple fait divers : lorsqu’un homme braque une banque à visage découvert pensant être invisible puisque qu’il s’était couvert de jus de citron (parce que, oui, le citron peut faire office d’encre invisible)…Interpellés par cette drôle d’histoire mais surtout par l’aplomb de ce braqueur du dimanche, les deux chercheurs se sont interrogés sur l’origine de cette confiance excessive. Ils ont alors mené de nombreuses expériences qui ont révélé que, bien souvent, les individus présentant le moins de compétences sur un sujet avaient tendance à largement surestimer leur niveau de connaissance et à témoigner d’un excès de confiance en eux. Tandis que des personnes étant véritablement compétentes sur ce même sujet se montreraient plus humbles et auraient même tendance à sous-estimer leurs connaissances. 

Les étapes de l’effet Dunning-Kruger

L’effet Dunning-Kruger est la transposition scientifique de cette célèbre citation : « La culture c’est comme la confiture : moins on en a, plus on l’étale. » David Dunning et Justin Kruger matérialisent cet effet de sur-confiance par une courbe. En abscisse, le niveau de confiance, en ordonnée le niveau d’expertise. La courbe ainsi modélisée forme un pic puis dégringole pour enfin grimper régulièrement pour atteindre un seuil. Elle montre que lorsqu’une personne est débutante et qu’elle possède une connaissance limitée sur un sujet, son niveau de confiance est paradoxalement très haut, voire excessivement haut. Cette personne se trouve alors dans ce que les deux chercheurs décrivent comme « la montagne de la stupidité » : elle ne sait rien, mais elle ne sait pas qu’elle est ignorante. 

À mesure qu’elle emmagasine des connaissances et qu’elle se perfectionne sur son sujet, cette personne s’aperçoit de la quantité d’informations et de compétences qu’elle ne maîtrise pas encore. Elle tombe alors avec fracas dans la « vallée de l’humilité ». Cette fois-ci, elle se rend bien compte qu’elle a encore beaucoup de chemin à parcourir pour devenir un véritable expert et est enfin capable de reconnaître l’expertise de personnes plus qualifiées. « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ». La célèbre citation de Socrate comme mantra, elle entame alors une lente ascension sur la « pente de l’illumination » jusqu’à atteindre enfin le « plateau de la consolidation ». Sur ce point de la courbe, la personne n’est plus une débutante et se rapproche davantage de l’expert, elle est alors en mesure de porter un regard beaucoup plus réaliste sur son niveau de connaissance.

La courbe de l'effet Dunning-Kruger.

Effet Dunning-Kruger : des effets néfastes sur l’entreprise

On ne peut pas le nier, l’effet Dunning-Kruger est agaçant, surtout lorsque la personne qui en souffre se trouve encore en pleine ascension de la « montagne de la stupidité ». C’est effarant de constater avec quel aplomb certains individus peuvent proférer des inepties. C’est d’autant plus exaspérant lorsque cet excès de confiance vient déranger le bon fonctionnement d’une entreprise. En effet, l’effet Dunning-Kruger, s’il n’est pas repéré, peut avoir un impact négatif sur un groupe de travail. 

Tout d’abord parce qu’il peut provoquer des injustices ou des erreurs de casting. Nous avons parfois tendance à confondre la confiance avec la compétence. Aussi, si un candidat se présente très sûr de lui et de ses capacités, un recruteur est susceptible de le croire sur parole. Ce n’est alors qu’une fois intégré à l’équipe que l’on s’aperçoit de ses lacunes. Une étude menée par l’Université de Melbourne a d’ailleurs démontré que les personnes qui ont le plus confiance en elles obtenaient de meilleurs salaires et étaient plus facilement promus. Les individus affectés par l’effet Dunning-Kruger ne font, par ailleurs, pas toujours les meilleurs collaborateurs, notamment lorsqu’il faut travailler en groupe. Certains d’avoir raison, ils ont parfois du mal à reconnaître que d’autres collègues peuvent eux aussi être dans le juste et proposer de meilleures idées. La conséquence : des projets qui n’avancent pas, des conflits internes ou encore une contre performance des équipes. 

Heureusement, il existe quelques méthodes pour canaliser les « Dunning-Krugeriens ». Pour cela, il ne faut pas hésiter à les mettre face à leurs propres lacunes grâce à des arguments rationnels, démontrés, parfois chiffrés. L’idée étant de leur faire prendre conscience de leurs failles.

Entrepreneurs : si vous doutez, c’est bon signe

Mais alors comment être sûr de ne pas être soi-même atteint de l’effet Dunning-Kruger ? Pas d’inquiétude, si vous vous posez la question, c’est déjà le signe que vous entamez votre descente vers la « vallée de l’humilité ». Tout n’est donc pas perdu pour vous. Il existe d’ailleurs des solutions pour se prémunir de ce biais cognitif : veiller à toujours enrichir ses compétences, être curieux, prendre un soin tout particulier à ne pas se sur-vendre.

Mais attention, si l’excès de confiance est le symptôme le plus représentatif de l’effet Dunning-Kruger, il faut toutefois faire attention à ne pas tomber dans l’effet inverse : le syndrome de l’expert, qui amène les plus qualifiés d’entre nous à sous-estimer la puissance de leur expertise. L’analyse de l’effet Dunning-Kruger peut alors alerter les entrepreneurs et les dirigeants d’entreprise, qui bien souvent sont extrêmement compétents dans leur domaine, mais sont pourtant trop souvent en proie au doute. C’est un phénomène courant et souvent préjudiciable pour de trop nombreux entrepreneurs qui perdent confiance en eux et banalisent leur niveau de connaissance. 

Un conseil pour ces entrepreneurs bloqués dans la « vallée de l’humilité » : ne laissez pas le syndrome de l’expert vous faire croire que ce qui semble simple et évident pour vous, l’est pour tout le monde. Prenez le temps de vous arrêter pour évaluer très concrètement vos compétences et prenez conscience de la force de vos connaissances. C’est important, car dépasser ses doutes, prendre confiance en soi et en son expertise, c’est se donner les moyens de réussir.

Écrit par Sibylle Pinochet

Rédactrice en chef

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross