Acheter un local commercial

Une tirelire cochon pour illustrer un financement.

Lorsqu’un entrepreneur se lance dans la création d’une entreprise, le choix du lieu où exercer son activité est important. Opter pour l’achat d’un local commercial se présente comme une alternative aux contraintes d’un bail. Au-delà des aspects pratiques liés à l’espace, l’apport, la logistique, et la praticité, cette démarche offre une autonomie significative. Découvrez comment cette option permet d’échapper à certaines contraintes, d’effectuer des travaux d’aménagement, de déduire certaines charges, et de valoriser le patrimoine de l’entreprise. 

Faut-il louer ou acheter un local commercial ?

Que ce soit en franchise ou dans une autre forme de commerce, la décision entre acheter ou louer un local commercial dépend largement du stade de développement de l’entreprise. Pour un jeune commerce, dont les ressources financières peuvent être limitées, la location offre une solution flexible qui permet de canaliser les fonds vers le développement de l’activité. La location présente également l’avantage de s’ajuster facilement à l’évolution de l’entreprise, notamment en termes d’effectifs, tandis que l’achat peut entraîner un ancrage géographique trop définitif.

En revanche, si un commerce jouit de moyens financiers conséquents, lui permettant d’acquérir un local commercial sans compromettre ses finances, l’achat peut être une option très intéressante. Les entreprises financièrement stables, qui ont une maîtrise solide de leurs charges, peuvent alors envisager l’achat comme une stratégie à long terme, offrant plus de liberté et de sécurité. 

Comment faire pour acheter un local commercial ?

L’acquisition d’un local commercial constitue une option stratégique pour de nombreux entrepreneurs, offrant une autonomie et une souplesse opérationnelle non négligeables. Avant de se lancer dans ce processus, il est essentiel de trouver le local commercial idéal adapté à l’activité envisagée. Les plateformes d’annonces en ligne, telles que les sites spécialisés, offrent une première perspective, permettant de filtrer les biens disponibles. Le recours au bouche-à-oreille et l’information de son réseau sur la recherche constituent également des méthodes efficaces. L’exploration des rues commerçantes peut s’avérer fructueuse, repérant les affiches « à vendre ». Les chambres de commerce, les mairies et autres collectivités locales constituent des sources supplémentaires, recensant souvent des biens à vendre.

Une décision s’impose lors de l’achat d’un local commercial : opter pour des murs libres ou occupés. L’achat de murs libres offre une flexibilité significative, permettant à l’acheteur d’aménager l’espace selon les besoins. Cependant, cela engendre des coûts liés aux travaux d’aménagement. À l’inverse, l’achat de murs occupés garantit une rentabilité immédiate grâce aux loyers perçus du locataire en place, simplifiant la recherche de locataire.

Le choix du statut d’achat joue également un rôle crucial. Plusieurs options d’achat sont envisageables, que ce soit l’achat direct par le commerce lui-même, l’achat via une Société Civile Immobilière (SCI) dont l’entreprise devient associée, ou encore l’achat par le biais d’un crédit-bail immobilier. L’achat en nom propre offre une flexibilité financière, mais les aspects personnels et professionnels peuvent se confondre. La création d’une Société Civile Immobilière (SCI) permet une dissociation entre l’activité du commerce et le patrimoine immobilier, facilitant la gestion et la transmission.

Avant de conclure l’achat, divers critères doivent être attentivement évalués. L’emplacement du local commercial, sa visibilité, la zone environnante, les projets à venir, ainsi que le règlement de copropriété sont des éléments essentiels. La consultation des diagnostics techniques est également incontournable pour garantir l’état du bien. 

Une estimation des murs commerciaux, prenant en compte la situation géographique et les caractéristiques, est indispensable. Une fois le prix fixé, un compromis de vente peut être signé, suivi de l’acte de vente devant le notaire pour officialiser l’acquisition.

Comment financer l’achat d’un local commercial ?

Financer l’achat d’un local commercial repose généralement sur un recours à l’emprunt bancaire, en tout ou en partie. Dans la plupart des situations, les loyers à venir sont destinés à couvrir les mensualités de remboursement. Deux options principales s’offrent aux entreprises envisageant l’acquisition d’un local commercial : le crédit professionnel, qui permet d’obtenir une surface plus vaste que la capacité d’autofinancement de l’entreprise ne le permettrait, et le crédit-bail immobilier, une alternative attractive lorsque le commerce ne peut mobiliser un apport important. Cette dernière option accélère l’amortissement du bien et offre des avantages fiscaux significatifs, notamment la déduction des loyers pour réduire l’impôt sur les sociétés. Le recours à un courtier est souvent recommandé pour obtenir des conditions d’emprunt flexibles et préférentielles.

Une approche alternative et intéressante pour le financement de l’achat d’un local commercial consiste à utiliser les fonds propres de l’entreprise. Ce choix dépend largement de l’apport, l’état financier et de ses orientations de développement à long terme. En utilisant les fonds propres, le commerce peut avoir un contrôle financier plus direct sur l’opération d’achat du local commercial, offrant ainsi une certaine flexibilité en termes de gestion financière. La décision entre le recours à l’emprunt et l’utilisation des fonds propres dépendra souvent de l’apport, des priorités financières et des objectifs de croissance du commerce.

Quel apport pour l’achat d’un local commercial ?

L’achat d’un local commercial implique souvent un recours à l’emprunt. Il est primordial de déterminer un apport financier adéquat pour soutenir cette démarche. L’apport peut provenir des fonds propres de l’entreprise, de financements externes, ou d’une combinaison des deux. Un apport conséquent permet de réduire le montant de l’emprunt nécessaire et d’alléger les charges financières futures. Toutefois, il est essentiel de trouver le juste équilibre, car un apport trop élevé risque de restreindre la capacité de financement pour d’autres projets. L’évaluation minutieuse des besoins financiers spécifiques à l’achat du local commercial est donc essentielle pour déterminer un apport approprié.

Qui peut acheter un local commercial ?

L’achat d’un local commercial n’est pas réservé à une catégorie spécifique d’acheteurs et peut être réalisé aussi bien par un particulier que par une entité morale. Toute entreprise, quelle que soit sa forme juridique, a la possibilité d’envisager l’acquisition des murs de son local commercial. Que ce soit une entreprise individuelle, une société par actions, une SARL, ou autre, la possibilité d’acheter un local commercial demeure ouverte. Toutefois, cette décision doit être mûrement réfléchie, et le commerce doit évaluer sa capacité financière à long terme, notamment en anticipant les coûts liés à l’emprunt comme l’apport personnel, aux frais notariés, et aux éventuelles charges futures liées à la propriété. 

Que ce soit dans le but d’exercer une activité commerciale ou non, un particulier ou un entrepreneur a la possibilité d’acheter un local commercial, que ce soit à titre personnel ou au nom de l’entreprise qu’il dirige.

En ce qui concerne l’investissement locatif, bien que la location de biens résidentiels demeure la forme d’investissement la plus répandue, les investisseurs ont également la possibilité d’acquérir des locaux commerciaux pour les mettre en location à des entreprises en quête d’espace de travail ou de fonds de commerce. Cette diversification d’investissement offre généralement des opportunités d’achat plus accessibles, tout en offrant des rendements locatifs potentiellement plus élevés. Ainsi, les investisseurs peuvent tirer avantage de la demande croissante d’espaces commerciaux tout en diversifiant leur portefeuille d’investissement.

Le recap

  1. Opter pour l’achat d’un local commercial se présente comme une alternative aux contraintes d'un bail.
  2. Financer l'achat d'un local commercial repose généralement sur un recours à l'emprunt bancaire
  3. L'achat de murs libres offre une flexibilité significative, permettant à l'acheteur d'aménager l'espace selon les besoins.
  4. L'achat d'un local commercial n'est pas réservé à une catégorie spécifique d'acheteurs et peut être réalisé aussi bien par un particulier que par une entité morale.

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross