« Avoir travaillé dans le milieu apporte une crédibilité »

17 mai 2023
Categories : L'intérieur d'un restaurant Au Bureau.

Tombé dans la marmite de la restauration à sa naissance, Gian Marco Amendola s’est pourtant retrouvé par hasard derrière les fourneaux. Rencontre avec un chef d’entreprise sans préjugés qui a connu tous les métiers de la restauration avant d’endosser le rôle de franchisé.


Un début prometteur dans un environnement féérique

En 1999, Gian Marco fait le grand saut. De son Italie natale, il arrive tout droit au pays des rêves : Disneyland Paris. Fils de restaurateurs, Gian Marco se destine pourtant à devenir architecte. Il engage une coupure dans ses études pour travailler à l’international et choisira la France.

Depuis son premier poste en tant qu’employé polyvalent, Gian Marco a graduellement monté les échelons pour arriver 7 ans plus tard directeur d’exploitation. La restauration du Disney Village étant gérée en concession par le Groupe FLO (depuis Groupe Bertrand), c’est avec cet acteur de référence dans l’hôtellerie et la restauration que Gian Marco poursuivra son évolution.

Directeur d’exploitation au Disney Village, mais pas que

Lorsqu’en 2006 les responsables du Groupe Bertrand proposent à Gian Marco de gérer l’ouverture d’un restaurant Hippopotamus aux Antilles, ce dernier ne se fait pas prier. Il partira deux ans pour soutenir et encadrer l’activité du restaurant.

En rentrant en métropole, Gian Marco retourne prêter main-forte à l’équipe du restaurant Annette’s Diner au Disney Village.

Fort de son expérience dans le Diner et appelé par un confrère ami, Gian Marco se lance ensuite dans le lancement de l’enseigne HD Diner, qui va ouvrir jusqu’à 12 restaurants dans l’Hexagone. En tant que directeur des opérations de l’enseigne, Gian Marco se frotte aussi bien au recrutement qu’au développement de l’enseigne ou à la formation des équipes.

Le point de bascule

Nous sommes en 2016 lorsque Gian Marco fait le bilan de sa vie professionnelle : il adore son métier et l’environnement de la restauration, mais commence à ressentir une certaine frustration puisqu’il a toujours travaillé avec ou pour quelqu’un d’autre. Il est temps pour lui de se lancer seul, mais pas sans sécurité. Gian Marco choisit la franchise qui « est rassurante puisqu’on se repose sur un concept et une notoriété déjà bien en place ».

Il choisit pour son premier saut l’enseigne KFC, sa chaîne de fast-food préférée. Après avoir rassemblé la somme nécessaire, il ouvre sa franchise en 2016 à Bourges. « C’est une belle expérience de passer du service à table au fast-food, c’est très enrichissant. Oui la franchise demande un fort investissement, mais les risques sont minimisés si on maîtrise son travail » confirme le franchisé.

Dynamisé par sa belle lancée, Gian Marco ouvre en 2020 à Sens un second KFC et reprend à Bourges un des petits du Groupe Bertrand, un restaurant Au Bureau. La crise sanitaire l’a surpris comme tout le monde et a ralenti son développement, mais sa bonne gestion d’entreprise lui a permis de limiter les pertes.

Au point, en 2022, de reprendre un autre restaurant, le Léon Fish Brasserie de Bourges.

La franchise, une étape naturelle pour ce restaurateur

Selon Gian Marco, être du milieu n’est pas essentiel pour ouvrir une franchise, mais apporte un atout certain « Être issu de la restauration quand on ouvre son restaurant est un vrai plus, on comprend ses collègues, on maîtrise bien ses sujets. ».

« Un nouveau restaurant, c’est comme une start-up, c’est tout jeune, il faut tout construire. »

Pourquoi avoir choisi la formule de franchise pour un professionnel expérimenté comme Gian Marco ? Il explique : « quand on veut se lancer seul, la franchise est un vrai plus. Vous bénéficiez à la fois d’un concept bien huilé et d’un véritable soutien. Déjà, la structure du restaurant a été étudiée et améliorée, au niveau de la décoration, de la disposition ou de la carte par exemple. Ensuite, vous accédez à des formations, vous avez une sorte d’assurance à vous lier à un Groupe. Enfin, vous vous appuyez sur la notoriété de la marque qui simplifie le recrutement, la recherche d’un emplacement, le remplissage de votre salle… »

Mais le système de franchise ne décharge pas le dirigeant d’entreprise : « Quoi qu’il arrive, vous gérez votre restaurant de A à Z, son succès ou ses échecs. » Confirme Gian Marco.

Gian Marco a su combiner sa précieuse expérience de terrain et ses différentes formations prodiguées par les enseignes pour devenir un franchisé confiant et ambitieux. L’année 2023 devrait être encore plus belle avec de nouveaux projets autour de Bourges. On lui souhaite une belle réussite !

Écrit par Raphaële Champ

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross