On connait enfin le profil du parfait franchisé

2 novembre 2022
Categories : Entrepreneur, manager, gestionnaire... On connait enfin le profil idéal du candidat à la franchise

Depuis sa création, L’Express Franchise a rencontré de nombreux experts de la franchise, ainsi que des franchiseurs en recherche de candidats. Nous les avons interrogés sur ce qu’ils estiment être le profil du parfait franchisé et la réponse est univoque.


Le code est enfin cracké ! Pas de profil type pour le candidat à la franchise mais quelques qualités indispensables sont toutefois attendues par le franchiseur. Nous avons interrogé une trentaine de têtes de réseaux et quatre critères s’imposent comme les qualités sine qua non du bon candidat à la franchise : l’esprit d’entreprendre, le sens du commerce, des qualités de manager et de gestionnaire et enfin l’adhésion au concept.

Le parfait franchisé est avant tout un entrepreneur

Sur 27 témoignages de franchiseurs, 21 citent l’esprit d’entreprendre comme une qualité indispensable du candidat à la franchise. En effet, s’il est adossé à un réseau, le franchisé n’en reste pas moins le capitaine de son navire. Il bénéficie bien sûr de l’accompagnement et du savoir-faire de son franchiseur qui lui donne les clés de la réussite. Mais pour ce qui est de la gestion quotidienne et du développement de son point de vente, le franchisé est le seul maître à bord.

Aussi, le candidat à la franchise doit témoigner d’un réel goût pour l’entrepreneuriat et de qualités attendues d’un chef d’entreprise. Il doit donc pouvoir faire preuve de persévérance, de détermination, d’abnégation au travail et de motivation. En effet, comme le souligne Robin Rochette, animateur des franchises Keepcool, la principale qualité attendue d’un franchisé est l’abnégation au travail. « Il doit avoir conscience que le franchiseur ne travaillera pas à sa place. Il lui donne seulement les armes et les connaissances nécessaires à sa réussite. Il faut aussi qu’il ait le bon état d’esprit et qu’il ne se laisse pas abattre dès la première déconvenue. Le chemin de l’entrepreneur est semé d’embûches. »

Avoir le sens du commerce, du management et de la gestion

Sauf cas particuliers, toutes les têtes de réseaux vous diront qu’il n’est pas nécessaire d’être du métier pour être un bon candidat à la franchise. Plus que des compétences techniques, le franchiseur recherche avant tout de bons gestionnaires. Il sera donc plus facilement convaincu par un candidat qui a déjà une expérience en tant que manager. Il attendra également de lui qu’il présente des qualités de commercial, un bon relationnel, un talent de négociateur, afin de répondre aux attentes de développement de la marque. « On ne fait pas de nos affiliés des formateurs. Ils sont des directeurs et des directrices d’organismes de formation. Leur métier est de recruter et d’animer un réseau de formateurs mais pas d’animer eux-mêmes les formations. » confirme Corinne Habart, fondatrice et directrice de Naooen.

Du côté du banquier non plus, l’expertise technique ne représente pas un critère discriminant : « Une caractéristique de la franchise, c’est que le porteur de projet n’a pas forcément besoin d’être du métier, explique François Callon, Responsable Franchises et Création d’Entreprises chez Crédit Mutuel. Mais il faut avoir les qualités pour mener son entreprise : un bon sens commercial et des qualités de manager. En tant qu’entrepreneur, il faut être capable de tout faire et de passer du commercial à la gestion. Quand on est adossé à un réseau de franchise, il y a un certain nombre d’outils et de méthodes qui sont apportés par le franchiseur et qui font que l’entrepreneur va pouvoir se concentrer sur ce qui fera son succès : le commercial et le management d’équipe, principalement. »

Mais surtout le franchisé doit être en adéquation avec le réseau choisi

Pour être le parfait franchisé d’un réseau, le candidat doit surtout être en adéquation avec le concept qu’il rejoint. Une adéquation qui compte plusieurs dimensions. Certains franchiseurs souhaitent partager avec leurs franchisés des valeurs communes. C’est le cas de France Hygiène Ventilation qui a à cœur de diffuser dans son réseau ses valeurs de bienveillance et de respect. D’autres franchiseurs souhaitent quant à eux s’assurer de l’intérêt du candidat pour leur métier. Plus que des valeurs c’est alors une passion ou au moins une forte appétence, qu’ils veulent partager avec leurs franchisés. C’est par exemple le cas du réseau Self Tissus, qui, s’il n’exige pas que ses franchisés soient des experts de la couture, attend toutefois d’eux qu’ils partagent sa vision innovante et sa passion du métier.

Enfin, avant de candidater, le futur franchisé doit s’assurer que les conditions de travail imposées par le métier du franchiseur correspondent à ses attentes. En effet, un franchisé qui souhaiterait ne pas travailler les week-ends n’a pas intérêt à se tourner vers le secteur de l’hôtellerie-restauration. Le candidat doit également adhérer aux conditions d’accompagnement du franchiseur. « Le plus important c’est l’adéquation. Il faut que le franchisé soit en accord avec le réseau dans lequel il s’intègre. Il y a des réseaux qui vont très loin dans ce qu’ils apportent, qui ont des procédures et des méthodes qui sont très cadrées et qui ne laissent pas beaucoup d’autonomie au franchisé. Dans ce cas, il faut que le franchisé soit suffisamment motivé pour mettre en pratique des éléments qui ont été définis par quelqu’un d’autre, mais il ne faut pas qu’il ait trop envie de faire les choses à sa manière. » précise François Callon.

Écrit par Sibylle Pinochet

Rédactrice en chef

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross