Commerce intégré, commerce organisé : quelle différence ?

26 août 2022
Categories : Des petites maisons pour illustrer la différence entre le commerce organisé et le commerce intégré.

Commerce intégré ou commerce organisé ? Ces termes apparaissent bien souvent lorsque l’on évoque le monde de la franchise. Mais que représentent ces types de commerces ? Quelles différences présentent-ils ?

Vous voyez fleurir de nouveaux magasins dans votre quartier et l’idée vous tente de vous aussi ouvrir votre commerce ? Sachez que toutes les enseignes ne fonctionnent pas en franchise ; certaines préfèrent par exemple les filiales. On distingue ces deux réseaux avec les appellations “commerce organisé” ou “commerce intégré”. Découvrez ce qui les définit et les différencie. 

Le commerce intégré

On appelle “commerce intégré” ou “commerce en réseau” toute structure qui s’étend à travers de nouveaux points de vente. La société mère possède tous les magasins qui existent, que l’on nomme “filiales” ou “succursales”. 

Puisque c’est une extension, la maison fondatrice maîtrise son environnement de bout en bout :

  • Les responsables de points de vente sont salariés du groupe ;
  • L’approvisionnement se fait par la centrale d’achat du vaisseau mère ;
  • Le design et l’agencement des points de vente sont dupliqués ;
  • La politique commerciale est harmonisée ;
  • Les prix sont fixés par l’entreprise fondatrice.

Dans quel contexte préférer le commerce intégré ? 

La solution du commerce intégré se dessine dès qu’une entreprise, forte de son premier succès, choisit de s’étendre tout en gardant l’entier contrôle de son expansion. L’entreprise mère doit avoir les reins solides pour supporter les investissements sur ses points de vente, sa chaîne d’approvisionnement et les coûts liés aux ressources humaines. 

Exemples d’entreprises qui fonctionnent en commerce intégré

Les géants de l’agroalimentaire ou du retail Casino et Sephora fonctionnent en commerce intégré aussi bien qu’en franchise. Dans le secteur du sport, l’enseigne Basic Fit préfère quant à elle se développer en succursales uniquement.

Le commerce organisé

Pour comprendre le commerce organisé, rien de plus simple : imaginez la pyramide du commerce intégré et retournez-la. C’est la base de la pyramide, soit les points de vente, qui crée le système du commerce organisé. 

De ce fait, les petites entreprises travaillent ensemble dans une volonté commune. Elles se rassemblent pour mutualiser leurs biens ; partager leurs ressources ; viser une clientèle commune ; développer un concept ; ou encore étendre les zones de chalandise d’une entreprise. 

Chaque entreprise est juridiquement indépendante. C’est pourquoi les formes d’associations varient :

  • La franchise à l’image de Memphis Coffee ;
  • La concession telle que Mobalpa ;
  • La commission d’affiliation chez Minelli ;
  • La licence de marque comme Century 21 ;
  • Le commerce associé : GIE (Groupement d’Intérêt Économique) ou la coopérative comme Intersport.

Selon la forme choisie, les entreprises s’entraident dans un groupement ou s’appuient sur une structure mère. Le commerçant indépendant finance les coûts de création de son point de vente.

Focus sur le réseau de franchise 

Forme la plus commune de commerce organisé, la franchise se distingue par la relation franchiseur-franchisé. 

Le franchisé utilise du franchiseur :

  • Son image de marque ;
  • Son savoir-faire ;
  • Sa clientèle ;
  • Son design de points de vente ;
  • Ses produits ou services (au moins, en partie).

En contrepartie, le franchisé paie une redevance au franchiseur.

Les deux formes de commerce ne laissent pas la même liberté au futur gérant d’un point de vente. Si une marque vous intéresse particulièrement, renseignez-vous sur son système de réseau d’abord.

Commerce intégré, commerce organisé : quelle différence ?

Commerce intégré ou commerce organisé ? Ces termes apparaissent bien souvent lorsque l’on évoque le monde de la franchise. Mais que représentent ces types de commerces ? Quelles différences présentent-ils ?

Vous voyez fleurir de nouveaux magasins dans votre quartier et l’idée vous tente de vous aussi ouvrir votre commerce ? Sachez que toutes les enseignes ne fonctionnent pas en franchise ; certaines préfèrent par exemple les filiales. On distingue ces deux réseaux avec les appellations “commerce organisé” ou “commerce intégré”. Découvrez ce qui les définit et les différencie. 

Le commerce intégré ou succursaliste

On appelle “commerce intégré” ou “commerce en réseau” toute structure qui s’étend à travers de nouveaux points de vente. La société mère possède tous les magasins qui existent, que l’on nomme “filiales” ou “succursales”. 

Puisque c’est une extension, la maison fondatrice maîtrise son environnement de bout en bout :

  • Les responsables de points de vente sont salariés du groupe ;
  • L’approvisionnement se fait par la centrale d’achat du vaisseau mère ;
  • Le design et l’agencement des points de vente sont dupliqués ;
  • La politique commerciale est harmonisée ;
  • Les prix sont fixés par l’entreprise fondatrice.

Dans quel contexte préférer le commerce intégré ? 

La solution du commerce intégré se dessine dès qu’une entreprise, forte de son premier succès, choisit de s’étendre tout en gardant l’entier contrôle de son expansion. L’entreprise mère doit avoir les reins solides pour supporter les investissements sur ses points de vente, sa chaîne d’approvisionnement et les coûts liés aux ressources humaines. 

Exemples d’entreprises qui fonctionnent en réseau intégré

Les géants de l’agroalimentaire ou du retail Casino et Sephora fonctionnent en commerce intégré aussi bien qu’en franchise. Dans le secteur du sport, l’enseigne Basic Fit préfère quant à elle se développer en succursales uniquement.

Le commerce organisé

Pour comprendre le commerce organisé, rien de plus simple : imaginez la pyramide du commerce intégré et retournez-la. C’est la base de la pyramide, soit les points de vente, qui crée le système du commerce organisé. 

De ce fait, les petites entreprises travaillent ensemble dans une volonté commune. Elles se rassemblent pour mutualiser leurs biens ; partager leurs ressources ; viser une clientèle commune ; développer un concept ; ou encore étendre les zones de chalandise d’une entreprise. 

Chaque entreprise est juridiquement indépendante. C’est pourquoi les formes d’associations varient :

  • La franchise à l’image de Memphis Coffee ;
  • La concession telle que Mobalpa ;
  • La commission d’affiliation chez Minelli ;
  • La licence de marque comme Century 21 ;
  • Le commerce coopératif et associé : GIE (Groupement d’Intérêt Économique) ou la coopérative comme Intersport.

Selon la forme choisie, les entreprises s’entraident dans un groupement ou s’appuient sur une structure mère. Le commerçant indépendant finance les coûts de création de son point de vente.

Focus sur le réseau de franchise 

Forme la plus commune de commerce organisé, la franchise se distingue par la relation entre le franchiseur et le franchisé. 

Le franchisé utilise de la tête de réseau :

  • Son image de marque ;
  • Son savoir-faire ;
  • Sa clientèle ;
  • Son design de points de vente ;
  • Ses produits ou services (au moins, en partie).

En contrepartie, le franchisé paie une redevance au franchiseur.

Les deux formes de commerce ne laissent pas la même liberté au futur gérant d’un point de vente. Si une marque vous intéresse particulièrement, renseignez-vous sur son système de réseau d’abord.

Écrit par Raphaële Champ

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross