Candidat : le cas particulier des secteurs réglementés

4 décembre 2023
Categories : Une recherche internet de professions réglementées.

La franchise est un modèle idéal pour les professionnels en reconversion qui souhaitent s’engager dans un nouveau métier. Bien souvent, les franchiseurs recherchent tous les types de profils et ne demandent pas de diplômes particuliers à leurs futurs franchisés. Exception faite de certaines professions réglementées qui nécessitent un diplôme, un agrément ou une certification pour être pratiquées. 


De nombreuses franchises exercent un métier réglementé, ces réseaux sont alors susceptibles de rechercher un profil bien précis de candidat. Certains mettent également en place des procédures permettant à leurs franchisés de remplir les conditions requises à l’exercice de leur métier.

Qu’est-ce qu’une profession réglementée ?

Une profession réglementée est une activité professionnelle qui ne peut être exercée que selon des conditions spécifiques fixées par l’Etat. On compte aujourd’hui des centaines de professions réglementées réparties en trois catégories : celles qui nécessitent un agrément pour être exercées. C’est le cas des agents immobiliers, du courtage en financement et en assurance ou encore de la garde d’enfants de moins de 3 ans. D’autres requièrent un diplôme ou une certification professionnelle spécifique, comme la coiffure, les boulangeries, l’esthétique. Enfin, une dernière catégorie rassemble les métiers qui nécessitent une autorisation administrative comme les bars et les stations services.

Une grande partie des professions libérales réglementées sont également soumises à un code déontologique contrôlé et défini par un Ordre ou un syndicat professionnel : l’Ordre des médecins, des architectes, des pharmaciens, etc. Ces professions ont d’ailleurs souvent fait l’objet de débats car elles sont accusées de générer des monopoles et des rentes injustifiées et plusieurs projets de réforme ont été étudiés. L’exercice illégal d’une profession réglementée est passible d’un à 3 ans d’emprisonnement et d’une amende de 15 000 à 45 000 euros.

Quelles sont les professions réglementées en France ?

Selon le Centre français d’information sur la reconnaissance académique et professionnelle des diplômes, la France compte plusieurs centaines de métiers réglementés. La moyenne européenne se situe quant à elle à 157.  En France, c’est le secteur de la santé (médecins, pharmaciens, ambulanciers) qui compte le plus grand nombre de professions réglementées. Il est suivi de l’éducation (instituteurs, professeurs d’université), des services aux entreprises (courtiers, avocats, notaires) et de la construction (gros-œuvre, menuiserie). Le commerce (boulangers, charcutiers, agents immobiliers, coiffeurs, instituts de beauté, opticiens, diététiciens, vendeurs et réparateurs de voiture) et les transports (transporteurs de marchandises, conducteurs de VTC) viennent ensuite. La liste des professions réglementées peut être consultée sur le site du Centre français d’information sur la reconnaissance académique et professionnelle des diplômes.

Les professions réglementées en franchise

De nombreuses franchises exercent donc un métier réglementé. Dans ce cas, ces réseaux intègrent souvent dans leurs procédures de recrutement un accompagnement spécifique pour permettre à leurs futurs franchisés d’exercer. Les franchises de micro-crèches, par exemple, aident leurs franchisés à constituer leur dossier d’agrément pour la garde d’enfants de moins de 3 ans. Les réseaux de franchises immobilières se développent, quant à eux, grâce à des mandataires immobiliers qui détiennent déjà une carte professionnelle d’agents immobiliers.

Dans le cas des professions qui requièrent un diplôme ou une certification, l’entreprise doit être placée sous le contrôle effectif et permanent d’une personne titulaire, au minimum, d’un CAP, d’un BP ou d’un diplôme ou titre homologué de niveau égal ou supérieur. Cette personne doit également justifier d’une expérience professionnelle de minimum 3 ans dans ce secteur d’activité.

Pour ouvrir une franchise dans ces secteurs, l’entrepreneur doit donc lui-même être diplômé ou avoir “pré-recruté” un salarié diplômé au moment de l’immatriculation. Les coiffeurs, les instituts de beauté, les ongleries, mais aussi les professionnels de l’entretien et de la réparation de voiture sont soumis à ces conditions. « Pour ouvrir un Biocoiff’, il est nécessaire que le manager soit diplômé. Le patron ou l’investisseur peut ne pas être issu de la profession, mais il devra absolument recruter un coiffeur diplômé et responsable. C’est plutôt rassurant pour les clientes qui viennent en salon. Le fait de manipuler des produits, de faire des mélanges donne une responsabilité au professionnel de la coiffure. A un candidat qui se présente, lui est bien expliqué cette nécessité. » témoigne Simon Assoun, co-fondateur de Biocoiff’.

C’est pour ces raisons que de nombreuses franchises, d’esthétiques notamment, disposent de leur propre centre de formation en interne afin d’apporter une formation diplômante à leur franchisés. C’est le cas de Biocoiff’ qui forme, au sein de son centre de formation, ses futurs franchisés à la technique de la coloration végétale, cette dernière étant propre à son concept et n’étant pas enseignée dans les écoles de coiffure.

Écrit par Sibylle Pinochet

Rédactrice en chef

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross