Analyse : les effets extra-économiques du commerce sur la ville

12 mai 2024
Categories : franchise de bijouterie
Abonnez-vous à la newsletter

Le projet de recherche lancée fin 2022 par Datactivist, spécialiste de l’open data et la SEM Paris Commerces, spécialiste du commerce et de la revitalisation des centres-villes, avait pour objectif de rendre visible les effets sociaux et environnementaux du commerce de proximité et de les objectiver, afin de réinventer la valeur du commerce. Résultats 18 « externalités » au compteur. Explications.


Le commerce de proximité, au-delà de son rôle principal d’assurer l’apport de biens essentiels, dans le cadre d’une épicerie par exemple, joue un rôle crucial en faveur de l’attractivité et de l’animation des quartiers, en créant notamment du lien social.

Cette première étape de l’étude menée par Datactivist x SEM Paris Commerces a permis de faire émerger 18 effets sociaux et environnementaux du commerce de proximité.

capture decran 2024 04 29 a 10.26.55

Les 5 externalités les plus pratiquées par les commerçants sont socialiser et réduire l’isolement, aider en cas d’incident, prendre soin des gens, assurer la propreté et l’entretien de la rue et intervenir en cas d’insécurité

« Ce qui m’a le plus surpris lors de cette première phase, c’était justement de constater la pluralité des effets du commerce. Certains étaient attendus, d’autres moins. Par exemple, l’offre d’un soutien émotionnel aux clients en difficulté, ou alors l’adressage à quelques aides spécialisées, et même l’assistance dans des démarches administratives. Les histoires racontées par les commerçants sur ces effets spécifiques m’ont positivement surpris. Aujourd’hui, je suis encore plus convaincu que la valeur du commerce pour la société doit être repensée », précise Allyson Pallisser, doctorant au Centre de Sociologie de l’Innovation (CSI) de l’École des Mines, en charge du projet de recherche. Et de raconter ce témoignage d’une libraire questionnée par une cliente sur un livre relatant une histoire de viol. « La libraire a rapidement compris que sa cliente avait été violée plus jeune. Elle l’a écoutée attentivement et lui a recommandé des associations pour se faire accompagner », ajoute-t-il.

Certains types de commerce, du fait même de leur activité de base, sont plus investis dans ces externalités. On pense évidemment aux pharmacies mais aussi aux cafés. « Mais quand une épicerie ou une supérette partage des recettes avec des ingrédients de saison, ou qu’un commerce permet de récolter les piles usagées, cela revient aussi à avoir un impact positif sur son territoire », souligne AllysonPallisser.

Dans les petites communes, l’étude montre davantage d’entraide entre les commerçants et leurs voisins proches. Il est fréquent qu’ils récupèrent des colis, des lettres, voire des clés en cas d’absence d’habitants du quartier. Et ce, pour rendre service. « Des commerçants m’ont même raconté qu’ils ouvraient les domiciles pour des hôtes de passage », illustre ce chercheur. Dans les grandes villes, et surtout à Paris, c’est autre chose. « Les commerçants ont bien compris leur rôle dans l’animation de leur quartier. Ils sont plus enclins à se rassembler pour créer une ambiance où il fait bon vivre », constate Allyson Pallisser.

« Un point de vente impliqué dans son environnement local marche mieux car le commerce est aussi basé sur la fidélité des consommateurs. Un boucher qui met de côté une pièce de viande ou un libraire qui repère et conseille un livre vont fidéliser leurs clients », indique Emmanuelle Hoss, directrice générale de la SEM Paris Commerces. Cette dirigeante milite d’ailleurs pour que cette valeur ajoutée extra économique des commerces de proximité soit reconnue. « Pourquoi ne pas ajouter des clauses sociétales dans les baux commerciaux. Ainsi un commerce de proximité aurait un loyer minoré par rapport à une grande chaîne de magasin moins investie dans la vie des habitants du quartier », suggère-t-elle.

L’étude prouve que les commerçants indépendants sont plus extra-investis que ceux des points de vente de grands réseaux succursalistes. « Les salariés des enseignes nationales sont contraints par un cahier des charges très strict qui ne leur laisse pas le temps d’échanger plus avant avec les clients, de mettre en place des services connexes, etc. Les indépendants ont plus à cœur de s’intégrer dans leur quartier car c’est un réel levier pour activer des ventes », conclut Allyson Palliser.


(vérifié par notre rédaction)

Voici un résumé en cinq points clés de l’article sur les effets extra-économiques du commerce sur la ville :

Impact social et environnemental des commerces de proximité :
Les commerces de proximité jouent un rôle crucial au-delà de la simple fourniture de biens en contribuant à la qualité de vie dans les quartiers. Ils créent des liens sociaux, réduisent l’isolement, aident en cas d’incidents et assurent la propreté et la sécurité des rues.

Diversité des externalités :
L’étude menée par Datactivist et SEM Paris Commerces a révélé 18 effets sociaux et environnementaux des commerces de proximité. Les commerçants offrent du soutien émotionnel, aident dans des démarches administratives et fournissent des conseils, des actions souvent inattendues mais significatives.

Typologie des commerces influençant les externalités :
Certains types de commerce, comme les pharmacies et les cafés, sont naturellement plus impliqués dans des externalités positives. Toutefois, des épiceries qui partagent des recettes ou collectent des piles usagées montrent également un impact positif sur leur communauté.

Différences entre grandes et petites villes :
Dans les petites communes, les commerçants participent davantage à des actes de service communautaire comme récupérer des colis ou ouvrir des domiciles pour des voisins. En grandes villes, ils se focalisent surtout sur l’animation et le dynamisme du quartier.

Avantage commercial de l’engagement local :
L’implication des commerçants dans leur environnement local fidélise les clients et dynamise les affaires. Les indépendants, en particulier, sont plus investis que les employés de grandes chaînes, car ils voient dans ce lien communautaire un levier essentiel pour leurs ventes.

Écrit par Sylvie Laidet

Découvrez la newsletter 100% franchise

Je m'abonne à la newsletter
cross